Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Jean-Luc MOUDENC, président de France Urbaine, maire de Toulouse, président de Toulouse Métropole : « Nous souhaitons construire l’alliance entre les territoires, en multipliant synergies et coopérations »

29/09/2016

L’association que vous présidez, France Urbaine, réunit désormais les métropoles, les communautés urbaines, les grandes villes de France et leurs agglos. Comment les situez-vous dans le paysage territorial ?

Nous, territoires urbains, devons être les moteurs du développement du pays et de manière plus immédiate de notre environnement local et rural. Nous devons être à la pointe du développement économique, de l’innovation, de la construction, de la transition énergétique, et aussi de la gouvernance. Pour autant, les territoires urbains sont aussi au cœur des fragilités et des difficultés de la société française : problèmes sociaux, populations en voie de marginalité, migrants déracinés, crise du logement, insécurité et présence de foyers de radicalisation. Nous vivons ces difficultés au quotidien dans nos villes, dans un contexte de baisse des dotations de l’État qui ne nous aide pas dans nos projets.

À l’occasion de la Conférence des Villes à Paris le 22 septembre, vous avez présenté une étude menée avec la Banque postale sur les finances des métropoles, villes et agglos, adhérentes de France urbaine. Quelles sont vos craintes pour l’avenir ?

Les comptes administratifs de 2015 font apparaître que nos dépenses d’équipement avaient déjà baissé de 8,5 %. Je mets en garde les candidats à l’élection présidentielle qui annoncent 10 ou 20 milliards de baisse de dépenses publiques pour les collectivités à documenter davantage leurs propositions. Faudra-t-il les traduire en baisse de ressources équivalentes ? Une nouvelle baisse de ressources pour la deuxième partie de notre mandature achèverait de nous déstabiliser. France urbaine s’attache à réaffirmer la volonté de renouer avec l’autonomie fiscale plutôt que d’être éternellement pieds et poings liés à une logique de dotation dont nous n’avons pas, bien évidemment, la maîtrise. Nous avons besoin de stabilité.

À la veille de la présidentielle, France urbaine a élaboré un Manifeste “2017-2020, la ville que nous voulons“*. Quels en sont les principaux points ?

Nous voulons interpeller les candidats à l’élection présidentielle à travers trois valeurs fondamentales : la responsabilité, le dialogue et l’autonomie. Ce sont trois préalables pour dessiner la ville durable, intelligente, vertueuse et respectueuse des valeurs de la République.
Nous souhaitons construire l’alliance entre les territoires, en multipliant synergies et coopérations, tant entre territoires urbains, périurbains et ruraux qu’avec les autres échelons de collectivités territoriales, départements et régions.
Nous demandons aussi la création d’une instance nationale de concertation entre l’État et les territoires, complémentaire à l’action du Parlement. Celle-ci devra permettre de préparer en amont, de suivre et d’évaluer en aval les textes législatifs et réglementaires qui concernent les collectivités territoriales.

* http://franceurbaine.org/sites/default/files/travaux/manifeste19-9-16_strcoupe.pdf