Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Les Français majoritairement satisfaits du système de protection sociale

10/02/2017

Selon le Baromètre d’opinion de la DREES, service des études des ministères sociaux, les Français se disent, dans l’ensemble, satisfaits du système de protection sociale. Une majorité d’entre eux soutiennent les pouvoirs publics dans leur mission de solidarité. Prés de 80 % d’entre eux estiment que le niveau de protection fourni est suffisant et pourrait servir de modèle à d’autres pays. Toutefois, le cout du système de protection sociale est jugé excessif. Les Français sont partagés entre le maintien du niveau des dépenses de protection sociale et la réduction des déficits publics. En 2015, deux tiers des enquêtés jugent que le système de Sécurité sociale coûte trop cher à la société. Cette dualité entre, d’une part, l’exemplarité du modèle et, d’autre part, son coût trop élevé, persiste depuis 2006 : 73 % des Français pensaient alors que le système de protection sociale français pouvait servir de modèle mais 65 % d’entre eux estimaient également qu’il coûtait trop cher. Cependant, de façon contradictoire, dans le dernier Baromètre, 63 % des Français considèrent que la part de la richesse nationale affectée à la protection sociale (qui est aujourd’hui d’environ un tiers) est normale, et même insuffisante pour 17 % d’entre eux.

Malgré cette préoccupation, la solidarité des Français envers les personnes en situation difficile reste très marquée. Ainsi, une majorité (62 %) souhaite que le revenu de solidarité active (RSA) soit augmenté. Toutefois, son financement pose question. Cette proportion était de 77 % en 2009 et a régulièrement décru jusqu’en 2013 (60 %). À l’inverse, la part des personnes jugeant qu’il faut diminuer le RSA, reste toujours très minoritaire (17 %) mais suit une tendance régulière à la hausse. Elle a crû de plus de 10 points entre 2009 et 2015.

Les Français sont largement favorables à une solidarité renforcée envers les personnes handicapées : 85 % jugent qu’il est normal qu’une personne handicapée ait un revenu minimum supérieur à une personne non handicapée, contre 15 % seulement pour qui les minima sociaux devraient être les mêmes, que la personne soit handicapée ou non. En revanche, les Français sont nettement plus partagés sur l’attribution d’aides à toutes les personnes handicapées, quel que soit leur revenu : 54 % d’entre eux estiment que les aides financières pour compenser les surcouts liés au handicap devraient être réservées aux seules personnes disposant de faibles revenus.

À noter que plus d’un Français sur cinq déclare apporter une aide régulière et bénévole à une personne âgée dépendante (22 %). Cette part est très largement supérieure à celle constatée dans d’autres travaux réalisés, notamment dans l’enquête Handicap Santé de 2008.

Accéder au document