Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Clément LE BRAS-THOMAS, co-président de l'association FP21, administrateur territorial :
« FP21 se propose de porter la voix singulière de la jeunesse dans la fonction publique »

02/03/2017

Pourquoi avez-vous créé cette association FP21 ?

Deux raisons nous ont poussé à vouloir créer FP21. La fonction publique est un sujet de débat parfois vif dans notre pays et nous regrettons que la parole des agents publics eux-mêmes ait si peu d’espace pour s’exprimer, d’où l’idée d’une association a-partisane et ouverte à tous les agents du service public, toutes catégories et tous versants confondus. Les jeunes agents, ceux qui se sont engagés il y a peu et feront vivre le service public pendant les 30 à 40 prochaines années, sont encore moins entendus. Les moins de 30 ans ne représentent en effet que 14,5% des effectifs (le double pour les plus de 50 ans). FP21 se propose donc de porter la voix, singulière, de la jeunesse dans la fonction publique. Celle-ci est parfois mal connue des nouveaux fonctionnaires et ils peuvent être frustrés de la découvrir si peu à leur image. Nous souhaitons remédier à ce décalage.

À qui souhaitez-vous vous adresser ?

Nous visons trois grandes catégories de public. Tout d’abord les candidats et nouveaux fonctionnaires, afin d’aider les plus jeunes à mieux connaître la richesse des métiers et opportunités dans les trois versants de la fonction publique, mais aussi pour qu’ils se sentent bien accueillis et puissent trouver un appui en dehors de leurs organisations. Notre second public, ce sont tous les agents publics, FP21 entendant développer une culture commune plus forte entre les différents versants et différentes catégories de la fonction publique, trop cloisonnés selon nous. Enfin, nous souhaitons toucher le grand public qui n’a pas toujours accès à des informations objectives et incarnées sur la fonction publique. Nous chercherons à valoriser les métiers, les actions, les visages de l’action publique pour sortir des clichés et aussi améliorer le rapport entre usagers-citoyens et administration.

Quels sont vos premiers axes de travail ?

Nous pensons qu’il est important tout d’abord de faire vivre notre démarche par des moments de convivialité et d’échanges, comme notre premier afterwork du 24 février dernier, et ce sur tout le territoire : FP21 pourra ainsi labelliser des évènements, des initiatives, des projets portés localement par des agents volontaires, à condition qu’ils respectent la neutralité et l’esprit de l’association. Nous souhaitons nous positionner en plateforme  et chercherons donc à développer des partenariats avec des associations, des écoles et des employeurs publics, pour mener des actions concrètes, notamment dans le champ du parrainage et de l’égalité des chances. Nous mènerons des campagnes de communication sur la réalité quotidienne du service public pour permettre aux Français de se forger un point de vue sur l’action publique à partir d’expériences de terrain. En capitalisant les retours des initiatives que nous soutiendrons, nous souhaitons renforcer la connaissance sur les défis et enjeux de la fonction publique et ainsi devenir une force de proposition.