Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

46 % des emplois sont concentrés dans les métropoles

02/03/2017

Selon France Stratégie, sur la période 2006-2013, les créations d'emploi se concentrent sur les grandes métropoles, c'est-à-dire les aires urbaines de plus de 500.000 habitants.  L'aire urbaine de Paris rassemble     22 % des emplois et les seize grandes aires situées en province en cumulent  24 %. À l'inverse, les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées subissent des pertes d'emplois. Cette “métropolisation de l'emploi“ s'appuie sur une concentration des emplois de cadres dans les métropoles de province.

Pour autant, la taille des métropoles ne garantit pas une croissance économique soutenue : entre 1999 et 2013, les aires de Toulouse, Montpellier, Nantes, Rennes, Bordeaux et Lyon ont certes créé de nombreux emplois, mais l'aire de Rouen en a perdu. Lille, Strasbourg, Grenoble et Nice sont à la traîne.

Les territoires qui entourent les métropoles ont un poids important.  5,9 millions d'emplois sont concentrés dans un rayon de 90 km autour des douze grandes métropoles de province étudiées, soit environ un quart de l'emploi national.

Les métiers pour lesquels on anticipe des pertes d'emploi d'ici 2022 sont fortement présents dans les aires urbaines de moins de 100.000 habitants et hors des aires urbaines. Ces territoires risquent d'être d'autant plus touchés que les personnes exerçant ces métiers fragiles ont une mobilité géographique généralement faible.

À l'inverse, les métiers à fort potentiel de création d'emplois d'ici 2022 sont sous-représentés hors des aires urbaines et dans les aires urbaines de moins de 100.000 habitants et surreprésentés dans les métropoles.