Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Selon une étude IFOP-MNT-SMACL, les Français attachés au service public de proximité mais exigeants

28/03/2017

69 % des Français se déclarent attachés aux services publics de proximité selon un sondage réalisé par l’IFOP pour la MNT et SMACL Assurances*. Les répondants estiment qu’ils sont au service des citoyens (73 %) mais ils se montrent mitigés quant à la bonne gestion de ces services, reconnue par seulement la moitié d’entre eux (51 %). Seule une minorité des personnes interrogées considère ces services comme innovants (43 %), cette qualité étant davantage reconnue par les personnes sans diplôme (50 %) ou titulaires d’un CAP ou d’un BEP (49 %), par les salariés du secteur public (49 %) et dans la région Grand Est (48 %).
 
Au global, 66 % des Français interrogés ont une vision favorable des agents de la fonction publique territoriale mais cette bonne image est cependant corrélée à la proximité de l’échelon territorial : ainsi, les représentations positives s’établissent à 75 % pour les agents de sa commune, à 67 % pour les agents de leur structure intercommunale, à 60 % pour les agents de leur conseil départemental et à 59 % pour les agents de leur conseil régional. 
 
Une courte majorité des répondants met en avant l’attractivité des collectivités en termes d’emploi (56 %), celle-ci étant davantage soulignée par les personnes ayant des proches qui travaillent au sein de la fonction publique territoriale (66 %) et par celles ayant plus de 65 ans (61 %).
 
Malgré leur attachement et leur reconnaissance de l’utilité des services publics, une majorité des Français (54 %) se montre favorable au transfert de la gestion de ces services vers le secteur privé. Plus précisément on note cependant qu’environ un tiers      (30 %) souhaite un transfert intégral (9 %), ou majoritaire (21 %), tandis que 24 % opteraient pour un transfert minoritaire et 46 % pour le maintien de la situation actuelle. L’adhésion à cette délégation de services au privé est plus importante parmi les jeunes de 18 à 24 ans (62 %), les travailleurs indépendants (66 %) et les cadres (62 %). Elle est minoritaire parmi les sympathisants de gauche (43 %).

S’agissant de l’évolution des services publics de proximité, la moitié des Français (50 %) souhaitent leur développement et 34 % leur maintien, mais seulement 43 % d’entre eux se disent prêts à payer davantage d’impôts locaux pour les financer.

Accéder au document

*Enquête menée auprès d’un échantillon de 4.047 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Questionnaire auto-administré on line (Computer Assisted Web Interview) du 13 au 22 février 2017.