Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Départs en retraite contrastés chez les fonctionnaires

28/03/2017

Selon une étude de la DREES, service des études des ministères sociaux, les réformes des retraites menées depuis 2003 ont contribué à modifier les caractéristiques de départ à la retraite des fonctionnaires. Entre 2002 et 2015, l’âge moyen des nouveaux retraités au moment de leur départ à la retraite a augmenté de 2,8 ans dans l’ensemble de la fonction publique civile : + 2,6 ans dans la fonction publique d’État civile, + 4,1 ans dans la fonction publique hospitalière et + 1,8 an dans la fonction publique territoriale.

Cette progression s’accompagne d’une hausse, depuis sa mise en place en 2005, de la part des bénéficiaires d’une majoration de pension au titre de la surcote, malgré l’augmentation de la durée requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein. À l’inverse, la part des pensions minorées par la décote diminue depuis 2009.

Les agents de catégorie active liquident plus souvent leur pension avec une décote que les agents sédentaires. En 2015, la décote concerne 9 % des nouveaux retraités parmi les sédentaires de la fonction publique civile, contre      17 % parmi les actifs. Fin 2012, 1,429 million de pensions de droit direct sont servies dans la fonction publique d’État civile dont 71 % au titre d’une activité sédentaire et 56 % à des femmes. Dans la fonction publique hospitalière, 451.000 pensions ont été versées pour 61 % d’entre elles à d’anciens sédentaires et pour 83 % à des femmes. Dans la fonction publique territoriale, 94 % des 459.000 pensions sont accordées à d’anciens sédentaires et 59 % à d’anciennes fonctionnaires. Au total, 2,339 millions de pensions sont servies dans les trois versants de la fonction publique civile, en majorité à des femmes (62 %) et à des fonctionnaires sédentaires (74 %).

Accéder à l'étude