Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Le niveau de vie des personnes handicapées diffère selon leur handicap

10/05/2017

Selon une étude de la DREES, service des études des ministères sociaux, le niveau de vie des personnes handicapées varie fortement en fonction de leur limitation. Présenter une limitation mentale, visuelle ou cumuler plusieurs types de limitations augmente le risque d’avoir un faible niveau de vie et de vivre sous le seuil de pauvreté, tandis que présenter une limitation motrice légère, psychique légère ou auditive semble moins affecter le niveau de vie.

30 % des personnes ayant une limitation mentale sévère vivent sous le seuil de pauvreté, contre seulement 10 % de celles présentant une déficience auditive. Les écarts s’expliquent, en partie, par des situations familiales et professionnelles très différentes selon le type de handicap. Les personnes déclarant une limitation psychique sévère se trouvent souvent dans une situation plus difficile : elles vivent plus souvent seules (26 %) ou au sein d’une famille monoparentale (13 %), 33 % d’entre elles sont sans emploi.

Plus les limitations sont sévères, plus le niveau de vie est faible. La différence de niveau de vie selon la sévérité des limitations est moins marquée parmi celles dont le handicap est également reconnu par l’administration. Le niveau de vie des personnes handicapées ayant une reconnaissance administrative, sans distinction du degré de sévérité de leurs limitations, est inférieur de 5.300 euros par an à celui des personnes sans handicap.