Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Le département de l’Essonne et des communes sans bus promeuvent le court-voiturage

10/05/2017

Le conseil départemental de l’Essonne et Karos, entreprise innovante dans le court-voiturage, s’associent pour développer ce mode de mobilité au quotidien. La collectivité a lancé une opération inédite du 18 avril au 30 juin pour encourager l’adoption de cette solution d’écomobilité pour changer durablement les habitudes de transport. Durant cette période, le département y consacre 100.000 euros pour le financement de 50.000 trajets de court-voiturage, au profit des habitants du département et des agents de la collectivité locale.

En Essonne, département francilien mi-urbain, mi-rural, 59 % des déplacements se font en voiture. 78 % d’entre eux s’effectuent à l’intérieur du département pour de courtes distances, tandis que le taux d’occupation moyen des véhicules n’est que de 1,1 personne. L’impact de cette situation sur l’environnement (émissions de CO2), les infrastructures routières (congestion, dégradation du patrimoine routier) et donc la qualité de vie de ses habitants constituent une préoccupation majeure du département.

Depuis le mois de mars déjà, la commune essonienne des Molières (2.042 hab.) a fait appel à Karos pour proposer à ses habitants cette offre de transport intégré au réseau du Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France). Cette commune rurale est située à quatre kilomètres de la gare RER de Saint-Rémy-Lès-Chevreuse. Grâce à l’application Karos développée sur Smartphone, un réseau de covoiturage de proximité a été créé et intégré dans la chaîne de mobilité globale, l’application étant synchronisée avec le Stif, ce qui permet de créer un itinéraire en prenant en compte les trajets en RER. Les frais d’essence sont partagés entre passagers et conducteurs sur la base tarifaire de 20 centimes du kilomètre, chaque passager reversant au conducteur la moitié.

En étendant cette formule à l’ensemble du département avec un coup de pouce financier, le département prend en charge les frais des trajets en offrant la gratuité pendant près de trois mois. Le montant du trajet sera payé par le conseil départemental et reversé automatiquement par Karos au conducteur chaque fin de mois. Le nombre de trajets est fixé à deux maximum par jour et par personne, dans la limite de 20 trajets par personne pendant toute la durée de l’opération, et de 35 km maximum par déplacement.

D’autres opérateurs comme BlaBlaCar et iDvroom (filiale de la SNCF) se lancent aussi sur le co-voiturage de proximité. 13,5 millions de Français se rendent chaque jour en voiture à leur travail, et seulement 3 % d'entre eux pratiquent le covoiturage. Le leader du covoiturage, BlaBlaCar vise ces trajets domicile-travail en annonçant qu’il va expérimenter prochainement une offre sur les axes Reims-Châlons-en-Champagne et Toulouse-Montauban.