Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

La gestion déléguée progresse à la veille de la décentralisation du stationnement

04/07/2017

L’édition 2017 du Baromètre du stationnement dans les grandes villes, réalisée par Axe Image pour la Fédération nationale des métiers du stationnement (FNMS), en partenariat avec France urbaine, montre que 100 % des grandes villes françaises ont déjà pris des mesures ou sont en train de le faire pour être prêtes pour la décentralisation du stationnement qui sera effective au 1erjanvier prochain. 92 % ont fixé leurs grilles tarifaires. 87 % ont dû adapter leur matériel de paiement et de contrôle. 97 % ont défini leur mode de gestion. Pour le contrôle, la gestion en régie restera majoritaire (51 %). Pour le traitement du RAPO (recours administratif préalable obligatoire), 26 % des collectivités n’ont pas encore fait leur choix, mais 16 % ont décidé d’externaliser en DSP (délégation de service public) et 21 % sous forme de marchés publics. 69 % des collectivités mettront en oeuvre des actions de communication en direction des usagers.

L’externalisation de la gestion du stationnement augmente régulièrement. En dix ans, la gestion en régie du stationnement sur voirie est passée de 47 % à 41 %. Hors voirie, la gestion en régie baisse de 12 % à 7 % entre 2015 et 2017 (24 % en 2007). L’étude met en lumière la montée en puissance des sociétés publiques locales (SPL), une alternative à la régie qui concerne désormais 9 % des cas. Pour l’externalisation, la durée des contrats varie fortement en fonction du type d’appel d’offres ou de marché, mais aussi, essentiellement, du montant de l’investissement consenti par l’opérateur privé lorsqu’il s’agit de stationnement hors voirie en ouvrage.

L’étude révèle que l’offre de stationnement sur voirie reste stable. La progression enregistrée entre 2013 et 2015 marque un coup d’arrêt. Hors voirie, la proportion de villes disposant de 5 à 10 parkings augmente: 51 % des grandes collectivités offrent plus de 5.000 places sur voirie. Alors qu’en 2015, 46 % des collectivités proposaient plus de 5.000 places payantes hors voirie, elles sont 56 % cette année. Les taux de satisfaction restent très élevés sur les parkings de centre-ville (98 %) et augmentent sur les parcs-relais avec 26 % de non satisfaits (contre 31 % en 2015 et 42 % en 2013). À cet égard, les offres de tarification combinées transports publics et stationnement progressent et sont jugées importantes ou très importantes par 92 % des responsables du stationnement. À noter que 34 % des villes mobilisent désormais l’offre de stationnement du parc immobilier privé (ou envisagent de le faire) pour offrir des solutions de stationnementaux habitants. Cela passe notamment par des accords avec les bailleurs sociaux et des formules d’abonnement.

Les modes de paiement dématérialisé se généralisent. On passe de 69 % en 2015 à 90 % en 2017 et 62 % des collectivités proposent des applications de téléphonie mobile pour l'information sur les disponibilités de places de stationnement. Parallèlement, l’ouverture des données publiques prévue par la loi République numérique concerne déjà 43 % des collectivités.