Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Progression de l’accueil de la petite enfance en crèches collectives

04/07/2017

La DREES, service des études des ministères sociaux, vient de publier une étude sur les modes de garde de la petite enfance. Fin 2013, en France métropolitaine, 23 % des enfants de moins de 3 ans sont confiés au moins une fois dans la semaine à un établissement d’accueil du jeune enfant (EAJE), c’est-à-dire à une crèche ou à une halte-garderie. Parmi les enfants confiés à un EAJE, 84 % fréquentent une crèche et 16 % une halte-garderie, contre respectivement 71 % et 29 % en 2007.

En six ans, l’offre d’accueil en EAJE est passée de 14 places pour 100 enfants de moins de 3 ans en 2007 à 17 places pour 100 enfants en 2013. Parmi les enfants accueillis dans les EAJE, 56 % y passent la majeure partie du temps du lundi au vendredi, de 8 heures à 19 heures, c’est-à-dire qu’il s’agit de leur mode d’accueil principal. Dans ce cas, neuf fois sur dix, l’EAJE était le premier choix des parents au moment de la recherche d’une solution d’accueil. Plus d’une fois sur deux, ce choix était motivé par les bénéfices supposés pour l’épanouissement et la socialisation de l’enfant. Un quart des enfants confiés à titre principal à une assistante maternelle le sont à défaut d’avoir eu accès à un EAJE, en raison du manque de place disponible ou d’horaires incompatibles.

Dans la plupart des cas, les enfants sont confiés à une crèche municipale ou départementale (62 %) et 22 % à un autre type de crèche : crèche familiale (8 %), crèche d’entreprise ou de personnel (7 %), mini ou microcrèche(5 %), crèche parentale (2 %). Pour 65 % des enfants accueillis en crèche, il s’agit de leur mode d’accueil principal, tandis que, dans 90 % des cas, les haltes-garderies constituent un mode d’accueil complémentaire.

Plus d’une fois sur deux (55 %), les parents justifient le choix de l’EAJE en raison des bénéfices supposés pour leur enfant : “c’est plus épanouissant pour l’enfant“, “il est en contact avec des enfants du même âge“. Dans 36 % des cas, le recours à l’EAJE résulte davantage d’une adaptation aux contraintes (horaires, distance du domicile, coût, pas d’autre solution). Parmi les autres raisons citées en complément par les parents pour justifier le choix d’un EAJE (9 %), une fois sur deux c’est une plus grande confiance envers ce mode d’accueil qui est avancée, en particulier comparé à un mode d’accueil individuel. Les auteurs de l’étude relèvent que la perception des modes d’accueil varie par ailleurs selon le milieu social des parents. Les parents appartenant aux classes moyennes et supérieures cultivées estiment que la crèche apporte des garanties pour l’éveil de l’enfant et sa socialisation. Cette préférence pour la crèche se diffuse progressivement au sein des classes populaires.

Accéder au document