Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Gérald DARMANIN, ministre de l’action et des comptes publics :
« informer les agents et leur faire comprendre le sens des réformes »

18/07/2017

Dans le cadre d’une réunion du Conseil commun de la fonction publique, le ministre de l’action et des comptes publics a rencontré les partenaires sociaux des trois fonctions publiques, représentants des fonctionnaires et employeurs publics, le 10 juillet 2017. Principaux extraits de son discours qui fixe les priorités gouvernementales.

«(…) La place du service public dans la République, sa performance, les attentes des citoyens à son égard imposent de mettre en oeuvre des réformes permettant des gains d’efficience et attestant de sa capacité à se réformer. Le service public c’est le service au public. La vie, les habitudes, les demandes du public changent. La France change. Nous devons aussi nous adapter.

En ce sens, nous aurons à décider, suite à une concertation large sur les missions du service public, quelles sont les missions de la puissance publique, celles qu’il convient de développer ou de faire évoluer notamment du fait des évolutions technologiques, ou des besoins de nos concitoyens. C’est tout le sens des états généraux du service public qui seront convoqués dès la rentrée prochaine et se dérouleront tout au long de l’automne 2017. J’ai été élu local, j’ai présidé le conseil de surveillance d’un hôpital, je sais que les agents publics le disent eux-mêmes : nous pouvons changer les choses, nous pouvons rendre un service public de meilleure qualité, nous devons nous adapter.

L’adaptabilité est l’une des grandes règles de toute organisation : je vous propose que nous réfléchissions ensemble aux adaptations nécessaires, liées notamment à un univers budgétaire très contraint et à un environnement qui évolue sans cesse. L’écoute directe que je souhaite large, sous la forme de cahiers de doléances, avec des consultations dématérialisées, mais pas seulement, dans les territoires, permettra d’obtenir des propositions concrètes et un retour direct des agents, de chacun d’entre eux, à qui nous devons donner la parole en toute liberté. Car selon moi, il faut que, dans les réformes à conduire, les agents publics y occupent toute leur place, les comprennent, y soient associés et soient force de proposition dans ces domaines. (…)

Plus globalement, la fonction publique évolue et elle doit pouvoir se doter d’outils permettant d’associer les agents aux réformes et de prendre en charge le plus en amont possible l’impact des réformes sur les agents publics. C’est tout le sens de la transformation de la DGAFP en “DRH Groupe de l’Etat“ qui doit amener à positionner la fonction ressources humaines au coeur des réformes. L’objectif que nous devons poursuivre est de mieux consulter, informer les agents et leur faire comprendre le sens des réformes. Les agents doivent aussi être mis en capacité de les mettre en oeuvre, de disposer de la formation nécessaire pour le faire, d’être accompagnés dans les mobilités que cela peut entrainer. (…)

Je suis convaincu que nous devons aussi travailler par corps de métiers de la fonction publique, qui ont chacun leurs spécificités. Cela ne veut pas dire détricoter l’unité du statut général, mais prendre en compte les inégalités existantes entre les corps de métiers. Je vous propose que nous puissions avoir des réunions sur 2 ou 3 corps en particulier à déterminer avec vous, en fonction des priorités, même si, pour ma part, j’en ai déjà une en tête que j’avais évoquée avec vous, je pense aux ATSEM. Mais il peut y en avoir d’autres.

(…) Le rendez-vous sur les sujets salariaux se tiendra à l’automne comme je m’y suis engagé : je vous l’ai déjà indiqué lors de nos rencontres, le sujet de la hausse du point d’indice ne sera pas proposé pour 2018. J’ai confirmé cette information publiquement. Je souhaite, je le répète, vous tenir un discours de vérité : nous n’avons pas les moyens d’augmenter le point d’indice des fonctionnaires, d’autant que leur pouvoir d’achat a sensiblement augmenté en 2016 et 2017 sous l’effet des mesures catégorielles et de l’augmentation du point. Toutefois, le rendez-vous salarial pourra être l’occasion de mettre sur la table et échanger sur l’application aux agents publics de la hausse de le CSG et de baisse des cotisations sociales.

Le sujet des conditions de travail des agents publics et celui de la santé au travail: il en va d’une part de la responsabilité de l’employeur public de protéger la santé des agents publics mais d’autre part également de la qualité du service public. C’est un sujet, je vous l’ai dit qui me tient beaucoup à coeur, car j’en ai mesuré l’importance pour les agents publics et le bon fonctionnement des services public dans ma commune notamment.

Mon objectif est donc double : comment assurer aux agents publics des conditions de travail protectrices de leur santé, gérer au mieux les inaptitudes et les prévenir, mais aussi poursuivre l’objectif de rendre l’exercice des missions de service public épanouissantes, voire même facteur de bien-être au travail.»