Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Une 2ème promotion d’entrepreneurs d’intérêt général pour l’administration

19/01/2018

Le programme “Entrepreneur.e d’intérêt général“ vise à recruter des talents extérieurs à l’administration, sur une période de 10 mois, pour résoudre, par leurs compétences numériques d’exception et grâce aux données, des défis d’intérêt général, au sein des ministères.

Après le succès de la première promotion, réunissant 11 entrepreneurs, une nouvelle promotion de 28 entrepreneurs fait son entrée dans l’administration pour l’année 2018. Sélectionnés parmi plus de 200 candidats par un jury réunissant des membres de l’administration et de la société civile, les entrepreneurs d’intérêt général intègrent aujourd’hui leur administration d’accueil pour résoudre 13 défis, parmi lesquels : lutte contre la fraude, détection d’entreprises en difficulté, sécurité maritime, cartographie des acteurs de l’innovation sociale, valorisation des données de santé, accueil numérique des services de gendarmerie, etc.

Ce programme lancé en 2016, est financé via le programme d’investissement d’avenir (PIA), dans le cadre du fonds “Transition numérique de l’Etat et modernisation de l’action publique“.

Les entrepreneurs d’intérêt général travaillent en équipe et mettent leurs compétences en développement, datascience, et en design pour développer des services et produits numériques à destination des agents publics et des usagers. Ils sont accompagnés de leurs mentors, membres de l’administration, et sont en interaction constante avec les services de la DINSIC, en particulier Etalab et l’incubateur de services numériques, ainsi qu’avec les communautés numériques, et ce afin de diffuser au sein des ministères des méthodes et techniques liées à la circulation des données, l’agilité, la culture numérique, et l’ouverture.

Le programme poursuit deux objectifs :

- développer l’innovation ouverte dans l’Etat en améliorant la connaissance par les administrations de nouvelles ressources et en accélérant la capacité d’expérimentation et de modernisation de l’État ;

- favoriser l’engagement citoyen au sein de l’administration : ouvrir davantage l’administration aux initiatives d’intérêt général de la société civile et en les articulant avec l’action publique.