Twitter Facebook Linkedin
Partager sur :

Jean-Luc Rigaut, président de l’Assemblée des communautés de France (AdCF) : « notre commande publique n’a jamais été aussi faible »

22/01/2018

2018 et 2019 sont les dernières années pleines d’action avant les municipales de 2020. Lors de la traditionnelle cérémonie des vœux de l’AdCF, Jean-Luc Rigaut, maire d'Annecy et président du Grand Annecy a déploré la faiblesse de l’investissement public local. (extraits de son discours).

« Les acteurs publics, nationaux comme locaux, ont une responsabilité considérable pour faire repartir le pays de l’avant après dix années de crise. Pour travailler à son apaisement. Et à la réconciliation entre les Français et leurs décideurs publics. (...) 2018, 2019, il nous reste seulement deux années pleines sur les mandats en cours pour mettre en œuvre ces projets. Le premier vœu que je souhaite formuler devant vous est que ces deux années soient de très forte intensité en termes de réalisations concrètes, d’actions de développement, d’expérimentations nouvelles.

Les incertitudes de 2017 n’ont pas permis la relance de l’investissement public que nous appelions de nos vœux. Avec nos amis de la Caisse des dépôts, que je salue, nous avons constaté un début de reprise. Mais n’oublions pas que notre commande publique n’a jamais été aussi faible. J’appelle, en ce début 2018, à que tout soit mis en œuvre dans les meilleurs délais pour redynamiser cette commande publique et nos investissements locaux.

Notre pays a besoin de logements, d’infrastructures numériques, d’entretien de nos grands réseaux d’eau ou d’énergie, de nos voiries. Nous avons besoin de transports collectifs performants comme l’ont montré les assises des mobilités. Il va falloir redynamiser nos commerces de centre ville mais aussi requalifier nos zones d’activité qui ont beaucoup vieilli, et qu’il faut totalement repenser pour les adapter à la nouvelle économie. Le grand chantier de la transition énergétique est devant nous, à travers le déploiement des énergies nouvelles, les solutions d’efficacité énergétique. Nous pouvons stimuler des projets d’économie circulaire, moins consommateurs de ressources.

(...) C’est pourquoi l’AdCF joue pleinement le jeu des efforts de maîtrise des dépenses de fonctionnement qui nous sont demandés dans la nouvelle contractualisation. Mais nous souhaitons en contrepartie que l’on nous aide à redynamiser nos investissements locaux. De ce point de vue, nous attendons beaucoup du nouveau plan d’investissement que le gouvernement veut engager.

Nous appelons également à ce que des compromis raisonnables soient trouvés sur le financement du logement social, sans paralyser les programmes en cours. Nous espérons que les prochaines assises de l’eau permettront de sortir de la crise provoquée par les ponctions budgétaires sur les agences.

L’AdCF a proposé la signature de nouveaux contrats d’investissement entre l’Etat et les territoires. Des contrats globaux donnant de la visibilité pluriannuelle aux acteurs locaux. « Un territoire, un projet, un contrat », c’était le mot d’ordre déjà proposé par Jacques Chérèque il y a vingt ans. Cette très grande figure du syndicalisme, du développement local et de l’aménagement du territoire vient hélas de nous quitter. Reprenons sa formule à l’AdCF.

La loi NOTRe a incontestablement clarifié les compétences économiques en consacrant le binôme régions-communautés. Nous sommes en train d’analyser les schémas régionaux et les premières conventions signées entre les exécutifs régionaux, les métropoles et communautés. Nous voulons faire de 2018 une grande année de mobilisation sur ces sujets.

Un vent de reprise économique souffle sur nos territoires. (...) Pour la première fois depuis quinze ans, 2017 aura vu en France plus d’usines ouvrir que fermer. Cette reprise doit être confortée. Elle doit trouver des solutions rapides aux déficits de main d’œuvre qualifiée voire de fournisseurs que nous constatons ici et là. Il faut rebâtir notre socle productif et c’est dans nos bassins d’emploi, dans nos territoires, qu’il faudra ancrer cette reconquête. Nous appelons ainsi à une alliance entre les territoires et les industriels. Les délégations régionales de l’AdCF souhaitent accentuer en 2018 leurs rapprochements avec les régions, les fédérations patronales, les chambres consulaires... sur ces beaux sujets. »